Sur les traces du bonheur

Un Peu De Tout
18 novembre, 2019

En tant qu’animateurs, on a tous eu à répondre à cette question: ça fait combien de temps que tu viens/travaille au camp? Nul besoin de vous dire combien de fois cette question nous est posée. Quand on me le demande, je réponds souvent : ouf… trop longtemps. Trop longtemps pour ce que mon entourage trouve ça normal en fait. Cette question m’amène toujours à me questionner. Est-ce que ça fait réellement trop longtemps ou je dis ce que les autres aimeraient entendre? Ai-je peur du jugement des autres? Peu importe la raison, ma réponse reste la même malgré les « Tu travailles encore là? Tu perds ton temps! » et les « Quand est-ce que tu te trouves un job d’adulte !? » …Ça, crois-moi, c’est souvent la réaction des gens qui n’ont pas connu l’expérience des camps.

Effectivement, comme plusieurs d’entre vous, le camp a changé ma vie. Qu’on soit campeur ou animateur, au camp, on apprend le dépassement de soi, dans toutes sortes de sphères. Les expéditions ; des journées où tout est parfait, où la vie nous berce sous les coups de pagaies et le rire des copains, le soleil est au rendez-vous et les discussions sont riches tout autant que pures douces folies! Les jours de pluie, on apprend à se surpasser, à atteindre son objectif! On apprend à encourager l’autre, on apprend à se laisser encourager! La vie de groupe est sans doute l’apprentissage le plus complet qui soit! Savoir s’exprimer quand les moments sont plus difficiles, savoir écouter l’autre quand il a besoin de ventiler, savoir exprimer une insatisfaction ou une difficulté avec une intention claire sans blesser l’autre au passage, apprendre à rire sans peur d’être jugé, apprendre à pleurer sans se cacher quand tout semble impossible et si l’on apprend à tendre notre épaule, on apprend aussi à en demander une quand on en a besoin. Le camp nous ouvre aussi les yeux sur le travail d’équipe, la répartition des tâches, l’organisation, le sens de l’initiative, la gestion des priorités, la sécurité, les différences, l’inclusion, prendre le poids de l’autre de temps en temps et savoir laisser l’autre en faire autant, avoir les yeux ouverts, apprécier le moment qui passe et surtout, surtout, se respecter! En deux mots, l’expérience de camp est pour moi de grandir et d’apprendre à être authentique!

Bref, pourquoi cacher le fait que je travaille dans un endroit formidable par peur du jugement des autres. J’ai envie de garder ma job d’humain au lieu de me trouver une « job d’adulte ». J’ai envie d’apprendre à être un meilleur humain, pas d’apprendre à être un adulte. Je crois fermement qu’on a beaucoup à apprendre des enfants et des jeunes, et qu’on peut leur en apprendre beaucoup. Je crois qu’ensemble on devient de meilleurs humains et que ma place est au camp. À l’avenir, je répondrai à ces gens ; Pas assez longtemps.

0 Comments

Soumettre un commentaire

AUTRES PUBLICATIONS QUE POURRAIENT VOUS INTÉRESSER: